Forum du Collectif Azeroth ( WoW - Firestorm )



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 20 le Jeu 3 Nov - 2:39
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Sujets les plus actifs
[11/12/2016] As de trèfle.
Pourquoi personne ne veut jouer avec nous ?
Le vote pour un nouveau chef
Idée : Changement de serveur?
Les troubles actuels
QUI VEUX LE RETOUR DE VAN'JIN ?
Octavien Frost "Le Roi de la Nation Libre de Gilnéas"
[03/12/16] Engagez vous sur le Revenge!
Un rage quit qui pourrait bien se terminer en quit définitif/RP fermé
Collectif !!!

Partagez | 
 

 [11/11/2016] La Libération de Gilnéas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Silumgar

avatar

Messages : 258
Date d'inscription : 24/07/2016
Age : 20

MessageSujet: [11/11/2016] La Libération de Gilnéas.   Sam 12 Nov - 4:38

Après avoir longuement discuté avec les commandants de l'Alliances présents, Octavien compris qu'il était temps de frapper la Horde une bonne fois pour toute. Javert et Eléonore furent envoyés avec un premier corps expéditionnaire composé de miliciens et de quelques nobles revenus de leur exil avec les troupes alliées arrivées dans la semaine, pour préparer les miliciens qui vivaient déjà dans la ville meurtie. Octavien, suivit des autres soldats, rassembla les autres troupes de Quilleport pour rejoindre le maréchal Javert, laissant aux nains de Forgefer de récupérer manu militari les hauteurs de l'Eminence. La plus grande des batailles qu'avaurait connu Gilnéas allait commencer.

La druidesse Karil, grâce à son habilité à prendre la forme d'un corbeau, parvint à établir un bilan approximatif de la situation de Gilnéas. Comme le craignait l'état major, les réprouvés et leurs alliés avaient fait un déploiement massif de troupes sur la zone Sud de la péninsule. Le manoir était tenu par un corps de soldats provenants de toute la Horde. Il n'avait pas une grande importance stratégique, mais c'était un symbole fort. Il y en avait plusieurs centaines qui tenaient ainsi les hauteurs. L'éminence avait été nettoyée de toute présence ennemie. Cependant, le reste de la péninsule était dans un état bien plus préocupant. Val-Tempête était en état de siège, et ce n'était qu'une question de temps avant que les hordes de hordeux ne parviennent à faire traverser à leur artillerie les marécages du Sud. Les confins de la tourmente, notoirement connu parmis les soldats de la troupes comme un nid de réprouvés, grouillaient de troupiers de la Horde. Grâce à l'énorme phare, les navires de transport ennemis avaient pu passer les récifs et débarquer plus au Sud, au niveau de l'ancien village de Havresoir. Val-Tempête était donc menacée sur deux fronts. Pire, selon les estimations de l'elfe, les troupes de la Horde s'élevaient à plus de dix mille hommes, équipés et déterminés. En d'autres termes, ça sentait le sapin...

Octavien savait que le bataille pour reprendre le Sud de Gilnéas allait être difficile. Cependant, si l'Alliance attendait encore, Sylvanas pourrait faire venir d'avantage de troupes. Et si la Horde y arrivait, la repousser tiendrait du miracle, et le roi savait que sa résurection avait déjà fortement entamé ce budget la... Le roi fit venir à lui le sergent Cleese et le commandant Candren, qui avaient battu la campagne à bride abbatue pendant les derniers jours pour faire converger vers Gilnéas-city toutes les personnes déterminées à se battre jusqu'au bout. A ces soldats de fortunes s'ajoutaient les troupes de la flotte de l'Alliance arrivée en début de semaine, soit près de deux milles soldats venus majoritairement de Forgefer, de Hurlevent et d'exilés gilnéens. Avec cette flotte était venu ce qui manquait le plus à front de libération: du matériel pour les volontaires. L'armée de l'Alliance se rassembla à l'aube sur le parvis de la cathédrale de l'Aube de Lumière, la seule place à même de rassembler une telle armées, soit plus de six mille hommes et femmes déterminés à combattre. Les autres étaient dans les bateaux, en chemin pour frapper la flotte de la Horde qui mouillait au dessus de Havresoir qui reposait désormais sous les eaux. Eléonore était avec sire Javert de Millicifer, assez loin de l'église. Chacun avait une mission bien particulière pour la suite.

Octavien Frost était debout, devant les portes de la cathédrale. Le ciel était noir, mais pour une fois, il ne pleuvait pas. Un petit sourire en coin se dessina sur ses lèvres. "Au moins il ne pleut pas. Déjà que ça va pas être marrant." Pensa-t-il. Il contempla l'armée a ses pieds, puis pris une grande inspiration:
"Soldats de l'Alliance, mes frères, mes sœurs." Commença-t-il, sa voix portée par la légère brise. "Je ne vous cacherai rien. Hors de ces murs se terrent ennemis. Je sais qu'ils sont monstrueux. Je sais qu'ils sont plus nombreux, et peut-être mieux armés que nous." Il laissa un silence s'installer avant de le briser: "Mais ces monstres sont sur NOTRE terre! Ces monstres ont souillé nos domaines, ont pillé notre royaume. Ils n'ont qu'une envie: souiller ce qui nous est cher, ce que nous considérons comme sacré. Les chiens de Sylvanas ont asservit des civils qui n'avaient rien avoir avec notre guerre. Ces monstres ne respectent rien mes frères." Il le regarda un instant. "Allez vous tolérer cela?!" Rugit-il.
"Non!" Hurlèrent les soldats.
"Alors préparez vous à vous battre! Chacun connait son rôle. Sachez qu'aujourd'hui se joue l'avenir d'une nation. Ne décevez pas l'Alliance. Ne décevez pas nos espoirs!"


Le plan d'Octavien Frost était de frapper par quatre fronts à la fois. Javert de Millicifer frapperait avec une troupe de vétérans et de soldats moins expérimentés les confins de la tourmente pour attirer les réprouvés hors de Val-Tempête. Une autre armée, menée par Cleese et Candren, plus nombreuse, passerait par le Sud pour frapper une Val-Tempête qui aurait perdu ses défenseurs à cause de la diversion de Javert. Pendant ce temps, la flotte combattrait les navires de la horde, laissant le vaisseau amiral Porte-Fer, chargé de nains, filerait pour menacer Val-Tempête par la mer. Enfin, Eléonore reçut la dure mission de protéger les arrières de l'armée de Candren en attaquant les soldats qui tenaient les hauteurs et le manoir.


La bataille commença lorsque Javert lança son offensive sur les confins de la tourmente. A grand coup de sabre, de lance, de fusils et de griffes, les gilnéens commencèrent à s'ouvrir un chemin. Les réprouvés, sous le commandement d'un dangereux démoniste, libérèrent une véritable horde de démons mineurs pour retenir leurs ennemis tandis qu'ils se repliaient dans le village qu'ils avaient fortifiés pendant la paix relative qu'ils avaient connu durant la mort d'Octavien. Les démons n'étaient pas spécialement puissants, mais ils avaient remplis leur fonction: lorsque le dernier gangregarde tomba en hurlant, le père Oliyand pu voir avec horreur que les morts-vivants, malgré l'effet de surprise, avaient pu se mettre à couvert. Sans plus attendre, Javert, accompagné de son fidèle diablosaure Gavroche, chargea les barricades, rapidement suivit de ses soldats. Le choc fut effroyable.

Comme s'il était l'incarnation de toute la colère d'un peuple outré, le puissant reptile pulvérisa la barricade qui le faisait face. Sur son dos, son maître rugissait toute sa rage et tirant à bout portant avec son fusil de chasse ornementé. Malgré la forêt de hallebardes et de lances qui les accueillit, ils s'enfoncèrent dans les rangs, les gilnéens survoltés dans leurs sillage. Profitant de son promontoire écailleux, le maréchal put analyser la situation. Ses petits gars se battaient comme des lions, mais ces tas de viande froide avaient du répondant. C'est alors qu'un puissant battement d'aile attira son attention au dessus de la mêlée. Une imposante chauve-souris lui passa au dessus de la tête, filant plein Sud. Elle venait du phare, sans le moindre doute. Le gilnéen sourit. Les réprouvés venaient de tomber dans le piège.


Octavien était posté sur les remparts de Gilnéas, une longue vue en main. Une fusée éclairante venait d'être tirée depuis l'Est. En d'autres termes, les réprouvés demandaient de l'aide à Val-Tempête. L'ancien maréchal se tourna et regarda droit dans les yeux une Eléonore encore plus pâle que d'habitude qui l'interrogeait du regard. Il fit 'oui' de la tête, et elle salua avant de redescendre dans la rue pour prendre la tête de ses hommes. Déjà, les hommes de Cleese et Carden partaient pour les marécages. La bataille allait être dure mais, par la Lumière, ça allait passer!

Eléonore mena ses troupes hors de la poterne de la cour de Grisetête et pris la route des crêtes. Rapidement, la cavalerie se retrouva réduite à être de l'infanterie. La route du manoir avait de tous temps été mauvaise, mais les années de guerre l'avaient ravagée à un point difficielement imaginable. La pente était de plus une véritable épreuve pour les chevaux carapaçonnés. C'était à se demander comment les carosses pouvaient passer par là. Pourtant, la paladine fut vite tirée de ces réflexions philosophiques par une remarque de Paolina: Est-ce que ce sont des réprouvés que je vois là haut?

Les soldats de la Horde attendaient en effet en surplomb les troupiers de l'Alliance. Il y avait des soldats de Fossoyeuse, mais aussi des orcs et des elfes de sang aux armures noires de jais. A voir leur dégaine, eux non-plus n'étaient pas des randoneurs. Eléonore regarda Paolina. L'autre paladine lui sourit, ce qui fit comprendre à l'ancienne croisée qu'il était temps de sonner la charge.

"Putain de dieu!" Grongna Osval en esquivant in-extremis un coup de hallebarde particulièrement vicieux. Autour de lui, les réprouvés commençaient à repousser les vivants à grand renforts de coups de lances et d'arbalètes. Il sortit de la mêlée pour essayer de retrouver Javert. Celui-ci avait laissé son diablosaure libérer sa furie tandis qu'il tirait de son fusil. Trop loin pour aller le voir en personne. Osval attrapa par le col un gamin armé d'une pioche et le secoua comme un prunier:
"Toi petit. Vas voir Javert là haut et fait lui comprendre qu'on tombe comme des putain de dominos ici. 'Faut qu'on sorte de ce bourbier avant de finir comme lui." Ajouta-t-il en désignant un cadavre gisant dans la boue. "Capiche?" Le oui du gamin était suffisement apeuré pour qu'il coure vite. Grimaçant, le gilnéen lâcha le jeune garçon pour retourner dans la mêlée. La diversion avait bien marché, mais ces foutus cadavres mobiles avait réagit beaucoup plus vite que prévu. Maintenant, des morts vivants venaient du Sud, sans parler de la menace de Pierrebraise. Cette dernière était telle que Javert avait du détacher près d'un tiers de ses troupes pour contrer une éventuelle attaque dans le dos. C'est alors qu'une détonation du feu d'enfer fit trembler les falaises.

Porte-fer, le vaisseau nain, avait réussi à traverser la flotte de la Horde. Une véritable tempête de fer s'abattit sur les arrières des morts vivants alors que plusieurs barges de débarquement libéraient leur cargaison de nains en armures lourdes. Pendant ce temps, la bataille en haute mer tournait au carnage, sans qu'aucun camp ne parvienne à faire reculer l'autre. Les navires étaient en feu, les équipages exténués, mais personne ne voulait céder. Pourtant, aux confins, l'arrivée des nains frais et dispos fut une réelle bénédiction. L'impact de l'infanterie lourde de Forgefer fut décisif, brisant le moral des rérpouvés qui battirent en retraite.

Javert ne l'aurait peut-être jamais cru. Victoire. Il hochait nerveusement de la tête. C'était assez inespéré. Le maréchal était assis, le dos contre le flanc d'un Gavroche en pleine sieste digestive après avoir avalé suffisement de morceaux de réprouvés pour lui remplir l'estomac. De son côté, Javert fumait tranquilement un bon cigare. La bataille devrait continuer, il faudrait aller jusqu'à Val-Tempête. Mais un bon cigare après toute cette violence était définitivement nécessaire. Osval se rapprocha de lui et se laissa tomber à côté de lui.
"C'est passé..." Marmona le nouvel arrivant.
"M'ouais." Répondit laconiquement le maréchal.
"On y retourne?"
"M'ouais." Javert tira un grand coup sur son cigare. "Je finis ça et on y va."


La situation au niveau des crêtes était bien moins réjouissante. Dos à dos avec Paolina, Eléonore repoussait les assaut forcenés des nécrogardes. Autour d'elles, les miliciens de gilnéas tombaient comme des mouches. Le dos de l'ancienne croisée saignait d'un coup de machette particulièrement bien placé tandis que le bouclier de l'autre chevalière gisait dans la boue à cause d'un coup d'espadon.   La Horde prenait l'ascendant ici, et les derniers gilnéens n'allaient pas beaucoup leur faire peur. C'est alors qu'un murmure parcourut les rangs de l'Alliance. La commandante de l'assaut se retourna et fut sidérée par la vision. Octavien Frost, sabre au clair, sur son destrier, traversait les rangs pour atteindre la ligne de front. Une forêt de lances l'accueuillit, mais il ne fit pas cas des blessures et abbatit son arme sur le premier hordeux à porté de sabre. Pourtant, même avec la présence de leur leader, les gilnéens perdaient du terrain. Un a un, les soldats tombèrent, et Eléonore ne fut pas une exception. Maitrisée par un orc, elle fur traînée vers l'arrière. Se sentant perdue, elle ordonna un replis stratégique. A contre coeur, les gilnéens commencèrent à reculer. Cependant, avant même qu'un guerrier de la Horde ne puisse rugir sa victoire, le roi pris sa forme bestiale et se jeta littéralement dans les rangs de la Horde.  A coups de griffes et de crocs, il commença une lente avance vers la paladine.

Cependant, elle restait hors d'atteinte, aussi le prétendant au trône rabattit sur son attention sur la capitaine elfe qui menait les soldats de la Horde. Faisant fi de la douleur, Octavien encaissa un coup d'espadon avant de saisir à a gorge l'elfe de sang. Les hordeux commirent l'erreur de se croire affaiblis sans leur chef et acceptère de donner au worgen l'humaine en l'échange de l'elfe. A peine le roi était-il sortit des rangs hordeux qu'un cri enragé sortit de l'armée. Sentant qu'il n'allait pas faire de vieux os s'il ne se dépéchait pas, Octavien Frost jeta sans ménagement Eléonore sur ses épaules puis dévala la pente ventre à terre, les soldats de la Horde sur les talons. Une surpirse les attendait, autant les soldats que le roi.

Javert et des soldats de toutes les nations attendaient en contrebas. Ils avaient combattu toute la journée. Ils semblaient en avoir marre. Mais ils étaient là. Une grêle de plomb accueuillit la Horde tandis qu'Octavien se jetait à couvert. Dès qu'il fut assuré que la paladine avait été mise à couvert, le roi sut qu'il ne restait qu'une chose à faire pour libérer Gilnéas une bonne fois pour toute. Prenant une grande inspiration, le worgen pris le temps de regarder dans les yeux chacun des soldats du premier rang. Satisfait de la détermination qu'il avait lu dans chacun de ces regards, il ordonna qu'on sonne la charge.


Epilogue:
La dernière charge d'Octavien fut la bonne. Même si le roi fut mis hors combat, les soldats de Javert parvirent à démoraliser les troupes de la Horde. Alors même qu'elle fuyaient vers le manoir, elle virent leur retraite bloquée par les nains qui avaient traversé à marche forcée les hauteurs. Il n'y eu aucun survivant.
Comme l'apprendraient plus tard Eléonore et Octavien, le plan avait fonctionné. Les réprouvés avaient mordu à l'ameçon pour défendre les confins de la tourmente, laissant Val-Tempête vulnérable. Les troupes de Cleese et Candren avaient, après de durs combats, massacré les défenseurs. Plus au Nord, la situation aux confins de la tourmente était passé de la déroute à la victoire miraculeuse grâce aux nains. Ces derniers avaient tout de suite réembarqué pour rejoindre la flotte et décharger les passager non loin de la route des crêtes, leur permettant de menacer, avec des conséquences bien connues, les arrières de la Horde. Javert et ses troupes avaient du traverser la moitié de la région pour sauver le roi, mais ça n'avait pas fait peur aux Gilnéens.

Ce jour fut un jour de mort, de chaos et de douleur. Un jour de fâtigue et de destruction. Un seul mot décrivait un tel jour: VICTOIRE!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oklan

avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 21/07/2016
Localisation : Mur-de-Givre

MessageSujet: Re: [11/11/2016] La Libération de Gilnéas.   Sam 12 Nov - 18:21

Ca c'est de l'insurrection !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silumgar

avatar

Messages : 258
Date d'inscription : 24/07/2016
Age : 20

MessageSujet: Re: [11/11/2016] La Libération de Gilnéas.   Dim 13 Nov - 0:07

La défense au niveau du manoir a été la seule a valoir le coup, n'est-ce-pas? ; )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [11/11/2016] La Libération de Gilnéas.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[11/11/2016] La Libération de Gilnéas.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Visite du général De Gaulle à Bruxelles (libération)
» Assassin Creed 3 : Libération
» Assassin's Creed Libération
» Tentatives de libération de la Reine
» La compagnie Gilnéenne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Collectif Azeroth ( WoW - Firestorm ) :: Histoires du Collectif-
Sauter vers: